L’histoire du Moulin de Lavaupot


La passion qui lie ma famille à l’apiculture date de plusieurs décennies. De l’histoire de ce patrimoine familial, j’ai voulu travailler comme nos anciens. Je manipule mes miels à la main pour préserver leur saveur, et je n’ajoute et n’enlève rien de ce que la Nature nous a offert.

Les premiers documents administratifs dont nous disposons remontent à 1836. Mais le premier membre de notre famille à prendre possession du moulin s’appelle Jean-Paul Gaulier, nous sommes en 1923. Seulement quatre ans plus tard, à 70 ans, il le donne à sa fille Germaine qui reprend l’activité avec son mari, Émile Bouyat, déjà meunier de profession.

Miel-Du-Moulin-Lavaupot-Histoire-Farine

La Genèse de l’apiculture au Moulin

C’est Jean Bouyat, fils d’Émile, qui débute l’apiculture au moulin et c’est ainsi que l’histoire a réellement commencé.

Le Moulin de Lavaupot est une petite ferme d’une quinzaine d’hectare de polyculture-élevage, somme toute, classique pour l’époque d’avant remembrement des années 70-80. Aujourd’hui encore, les haies de la propriété ont été conservées et offrent un havre à une faune et une flore préservées. Jusqu’au décès de Jean, mon grand-père, en 1988, la ferme du moulin comportaient, quelques vaches limousines, vache à lait, brebis, porc, volaille et cinq ruches ! C’est en 2005 que j’ai décidé de réutiliser ces ruches et le matériel apicole que mon grand- père avaient laissés derrière lui et faire revivre son histoire.

L’histoire du Miel du Moulin


De 2005 à 2015, le nombre de ruches au moulin est passé de 1 à 50 et c’est mon frère Jordan qui veillait sur elles pendant mes études de biologie et mes périples à l‘international (un an et demi en Australie et deux ans à Londres). Salarié pendant six ans, j’ai décidé en 2015 de revenir utiliser les locaux du moulin, alors vides, et de me lancer comme apiculteur professionnel. Miel du Moulin est né ! 🐝

L’exploitation compte aujourd’hui 350 ruches réparties sur une boucle d’environ 70 km sur le nord Haute-Vienne, nord Creuse et sud Indre. En fonction de la météo la production est de trois à cinq tonnes de miel, et de 100 à 200 essaims par an.